Alyanse-Partenaires

Valence
Grenoble
Lyon
Lyon
 Inquiétudes sur la dépendance ... des solutions existent !

 

 

 

Selon une enquête nationale menée par la fondation Méderic Alzheimer en collaboration avec TNS-Sofres et l'Ecole d'Economie de Paris, le risque de dépendance n'est pas encore assez bien pris en compte par les Francais.

 

 

Enquête sur la dépendance : Des résultats étonnants

 

63 % des 50-79 ans déclarent se soucier peu ou pas du risque de dépendance souvent lié à la vieillesse. Ils déclarent même : « ne pas être du tout préoccupés par ce qu'ils deviendront après 80 ans ». 42 % d’entre eux « ne souhaitent pas entendre parler du risque d'être un jour dépendant » et 27 % estiment, quant à eux, « qu'ils ne seront jamais dépendants ».

 

 

Dépendance : les Français ne se disent pas inquiets

 

En effet, conduite sur un échantillon de 3 390 personnes de 50 à 79 ans, cette enquête nationale prouve que « Le risque de dépendance n'est pas encore pris en compte par une proportion importante de nos concitoyens », indique la Fondation Médéric Alzheimer. Les personnes semblant être les plus préoccupées par le sujet, sont bien entendu, celles touchées dans leur entourage par la perte d'autonomie. Néanmoins, 47 % d'entre elles évoquent la famille et l'aide que celle-ci leur apportera en cas de besoin. Un tiers d'entre elles, souhaitent être aidées par leur conjoint et un quart par des professionnels. En revanche, seulement 4 % des 50-79 ans veulent avoir recours à leurs enfants.

 

 

Pourtant 1 français sur 3 est confronté à un proche en perte d'autonomie

 

Une proportion qui passe à 1 sur 5 lorsqu'il s'agit d'un membre très proche de la famille, tels que les parents ou les grands-parents. Il est donc surprenant que les français ne fassent pas

 

preuve de plus de prévoyance en ce qui concerne leur future dépendance! A ce jour, plus de 21 Milliards d'euros sont consacrés chaque année au financement des politiques d'aide à l'autonomie des personnes âgées et handicapées par la Caisse Nationale de Solidarité pour l'Autonomie, s'y ajoutent les différents financements de l'état, de la sécurité sociale et des conseils généraux. Ce qui place la France en 3ème position, après les Pays-Bas et la Suède, pour les dépenses publiques liées à la compensation de la perte d'autonomie et aux soins de longue durée. Enfin, la population française devrait passer de 64 millions de personnes actuellement à 73,6 millions en 2060. La part des plus de 80 ans sera 2,6 fois supérieure avec un total de 8,5 millions de personnes, soit 11% de la population contre 5% à l'heure actuelle.

 

 

La dépendance : une prise en charge couteuse

 

 

Cette prise en charge là, a un coût, bien que partiellement rémunéré par la collectivité. Lorsqu'il n'y a pas d'aidant à la maison, le prix d'une garde malade de jour comme de nuit, entièrement à la charge de la famille, peut très vite dépasser la facture mensuelle d'une maison de retraite médicalisée. D'autant plus si la situation perdure des années, entrainant également des aménagements au sein du domicile, limitant l'accès à des soins plus performants, ou obligeant à des hospitalisations à répétition, loin d'être totalement gratuites. A travers une étude pointue, l'association UFC-Que Choisir, avait d'ailleurs déjà dressé, il y a quelques temps, un état des lieux du coût de la dépendance des personnes âgées : "La durée moyenne d’un épisode de dépendance est de 4 ans. A partir des estimations de coût mensuel à la charge des familles, on peut évaluer le coût total moyen de la prise en charge d’une personne dépendante à 67 000 € à domicile, et entre 106 000 € et 140 000 € en EHPAD." De quoi faire réfléchir...